DETAIL DE L'ARTICLE

22 février 1970

Cours d'eau:Bruche, Ill, Largue, Moder, Mossig, Rhin, Thur
Date:Le 22 / 2 / 1970
Localités touchées:Illfurth, Heidwiller, Spechbach-le-Bas, Balschwiller
Causes:Fonte des neiges / redoux - Fortes précipitations -
Conséquences:Dommages environnementaux - Dommages fonctionnels - Dommages matériels -
Source 1:Presse, "Les Dernières Nouvelles d’Alsace", 25 février 1970.
 Le dégel ainsi que les pluies diluviennes qui tombent depuis des semaines ont fait déborder la Moder et le canal de dérivation.
Source 2:Presse, "L'Alsace", 25 février 1970, cité dans WITH Lauriane, "Gestion et prévention du risque d’inondation : l’exemple du Plan de Prévention des Risques de la vallée de la Largue", Mémoire de Master (Histoire), Université de Haute-Alsace, Mulhouse, 2006.
 Les précipitations doivent se poursuivre, la décrue est amorcée mais il n’y a pas de véritable baisse des eaux.
Source 3:DIREN Alsace, SEMA, ''Liste des crues supérieures à 45m3/s, rivière Bruche, période 1949-2004", non daté.
 Crue de la Bruche. A Wisches, la rivière atteint une hauteur de 1.87 m et enregistre un débit de 96.3 m3/s. La période de retour est comprise entre 5 et 10 ans.
Source 4:WOESSMER Jean-Pierre,''Étude sommaire de faisabilité d'une zone de rétention des crues de la Bruche en amont de l'agglomération strasbourgeoise'', Compte-rendu de stage effectué au service de la navigation de Strasbourg, Strasbourg, 1970.
 Crue de la Bruche. Débit reconstitué à Holtzheim : 164 m3/s pour une période de retour de 20 ans.
Source 5:DDT 68, Rapport Ponts et Chaussées, ''Développement et incidences de la crue du Rhin du 24 février 1970 dans le secteur situé en aval de Strasbourg'', Drusenheim, 1970.
 La crue du Rhin du 22 au 27 février 1970 a pris une ampleur exceptionnelle, plus particulièrement au cours du Rhin compris entre Strasbourg et la frontière du Palatinat à Lauterbourg. Ce sont d'importantes chutes de pluie accompagnées d'un réchauffement sensible de la température provoquant la fonte des neiges qui sont à l'origine de cette crue. La cote maximale de la crue atteinte à Strasbourg le 24 février 1970 est de 5.78 m correspondant à un débit d'environ 3 470 m3/s. A Fort-Louis, le Rhin atteint la hauteur de 6.69 m. Le 25 février, le débit maximum enregistré à Lauterbourg est de 4 360 m3/s et la hauteur atteinte est de 7.92 m. Ce qui a caractérisé l'évolution préoccupante de cette crue du Rhin entre Strasbourg et Lauterbourg, réside dans le fait que tous les bras morts situés dans le champs d'inondation du fleuve, se trouvent déjà remplis par les crues précédentes du 5 février (4.88 m) et du 10 février (4.52 m à l'échelle de Strasbourg). Cette situation a provoqué une aggravation des conditions d'écoulement des eaux du fleuve en aval de Strasbourg.
Source 6:Presse, "L'Alsace", 24 février 1970, cité dans WITH Lauriane, "Gestion et prévention du risque d’inondation : l’exemple du Plan de Prévention des Risques de la vallée de la Largue", Mémoire de Master (Histoire), Université de Haute-Alsace, Mulhouse, 2006.
 Les routes d’Illfurth à Heidwiller et d’Illfurth à Spechbach-Le-Bas sont inondées, il y a 1,20 m d’eau dans les prés mais la décrue s’est amorcée dans l’après-midi. Dans le Sundgau, le débordement du Traubach a provoqué l’intervention des pompiers tout comme à Balschwiller où de nombreuses caves étaient inondées.
Source 7:DIREN, Documents de travail (compilation de relevés de débits), non publiés, 2002, cité dans WITH Lauriane, "Gestion et prévention du risque d’inondation : l’exemple du Plan de Prévention des Risques de la vallée de la Largue", Mémoire de Master (Histoire), Université de Haute-Alsace, Mulhouse, 2006.
 Crue biennale. La station de Dannemarie a enregistré un débit de pointe de 25,8 m3/s, le 22 février.

0