DETAIL DE L'ARTICLE

Octobre 1930

Cours d'eau:Non classé
Date:Le 4 / 10 / 1930
Localités touchées:Waldwisse, Merschweiller, Loutremange, Verny
Causes:Fortes précipitations - Orages - Précipitations continues - Saturation des sols -
Conséquences:Dommages environnementaux - Dommages fonctionnels - Dommages matériels -
Source 1:Archives départementales du Bas-Rhin (ADBR), 529 D 12.
 Lettre du Ministre de l’Agriculture au Préfet de la Moselle, 22 novembre 1930, Paris : « Mon attention a été appelée sur l’importance des dégâts occasionnés par les inondations d’Octobre dernier, dans les communes de Merschweiller et de Waldvisse, dégâts dont les intéressés attribuent la cause principale au défaut de curage de certains ruisseaux. Je vous prie de bien couloir faire instruire cette affaire par MM. les Ingénieurs du Service Hydraulique et m’adresser ensuite un rapport de vos fonctionnaires accompagné de vos observations personnelles ».
Source 2:Archives départementales du Bas-Rhin (ADBR), 529 D 12.
 Rapport de l’Ingénieur en chef du Génie rural (service hydraulique du département de la Moselle) relatif aux réclamations à la suite des dégâts causés par les inondations dans les communes de Merschviller et de Waldwisse, 6 février 1931, Metz : « Le 22 novembre 1930, M. le Ministre de l’Agriculture a prié M. le Préfet de la Moselle de vouloir bien instruire une réclamation qui lui avait été adressée, au sujet des inondations d’octobre dernier dans les communes de MERSCHWILLER et de WALDVISSE, et M. l’Ingénieur en chef du Génie rural chargé du Service hydraulique dans le département de la Moselle nous a chargé le 5 octobre de l’instruction de cette affaire. D’une manière générale par suite des pluies abondantes du mois de septembre et des premiers jours d’octobre toutes les terres furent tellement imbibées d’eau que pendant les grosses pluies d’orages de la nuit du 4 au 5 octobre, de l’après-midi et la soirée du dimanche 5 octobre, la presque totalité des eaux ruisselèrent à la surface du sol, et provoquèrent une crue subite de tous les petits cours d’eau de la Moselle qui prirent en quelques heures des allures torrentielles. A titre d’exemple nous citerons la Nied allemande qui a commencé à déborder à LOUTREMANGE dans l’après-midi du 5 octobre et dont le niveau des eaux s’est élevé dans la nuit du 5 au 6 octobre de 1m,50. De même le ruisseau de Chérisey à VERNY a eu à la même date une crue subite, dont le volume n’atteint au minimum 40m3 à la seconde pour un bassin versant d’environ 18km². En ce qui concerne le « ruisseau de Manderen » à MERSCHWILLER et de « Remelbach » à WALDWISSE, la crue fut également aussi brutale, créant des dommages que nous mentionnerons ci-dessous. 1.- Commune de MERSCHWILLER. – Les dégâts furent causés à KITZING, annexe de MERSCHWILLER, par le « ruisseau de Manderen », affluent de la rive droite de la Moselle et dont le cours est à peu près parallèle à la frontière franco-prussienne. Son bassin versant s’étend sur une largeur moyenne de 5 km. et sur une longueur d’une dizaine de km.environ, au nord-ouest du plateau de LAUNSTROFF. Si le bassin versant est assez étendu, la pente des flancs de sa vallée est très abrupte ce qui explique la vitesse des eaux de ruissellement et par suite la faible quantité d’eau infiltrée dans le sol déjà saturé. La crue eut lieu du 8 au 9 octobre. Les eaux ont amené des pierres qui se sont déposées dans le lit du ruisseau et dans la vallée inondée. Dans la traverse de KITZING le niveau des hautes eaux s’est élevé à 1m,50 au-dessus des berges du ruisseau et sous la poussée de cette masse d’eau plusieurs murs se sont écroulés. Les principaux dégâts constatés dès le lendemain de la décrue sont les suivants : Ecroulement dans le lit du ruisseau d’un mur de rive de 11m,60 appartenant à M. MULLER Antoine à KITZING. Ecroulement du mur du cimetière qui, construite perpendiculairement à l’axe longitudinal de la vallée, a été littéralement rabattu de 90° sur le plan horizontal ceci sur une longueur de 19m,60. En outre un énorme cube de pierre s’est déposé dans le lit du ruisseau de Manderen, volume dont l’épaisseur atteint un mètre par endroit. Les frais de réfection de ces dommages peuvent être évalués à 20.000 francs. et un tel crédit a été demandé le 25 novembre 1930, par M. l’Ingénieur en chef du génie rural à M. le Préfet de la Moselle, crédit à prélever sur les fonds destinés pour réparation des calamités publiques. En outre, le service du Génie rural a établi un devis s’élevant à 40.000 francs pour les travaux dont la réalisation serait de nature à diminuer l’importance des dégâts en cas de nouvelle crue. (...) 2.- Commune de WALDWISSE.- Les dégâts furent causés à GONGEFANG, annexe de WALDWISSE, par le Remelbach, affluent de la rive gauche de la Nied. Ce cours d’eau qui à GONGEFANG n’est qu’à quelques kilomètres de sa source, a un bassin versant à cet endroit d’environ 12 km². Il reçoit également les eaux du plateau de LAUNSTROFF mais sur son versant sud-est. La crue eut lieu également le 8/9 octobre. Le ruisseau ayant normalement une dizaine de centimètres d’eau dans son lit, a vu son débit s’enfler subitement à tel point, que dans la traverse de GONGELFANG la tranche d’eau atteignit environ 23m,70. Les dégâts furent les suivants : démolition d’un mur de clôture se trouvant 1m. du bord du ruisseau sur une longueur de 30 m., 1m40 de hauteur et 0m40 d’épaisseur. Ce mur était mi-partie en pierres sèches, mi-partie en maçonnerie à la chaux. Renversement d’une vingtaine de mètres de clôture en grillage, pertes causées aux denrées agricoles se trouvant dans les caves, et enlèvement d’un fumier par les eaux. (...) La cause directe des inondations fut l’énorme quantité d’eau tombée dans la région. (...) Les dégâts causés à la commune de MERSCHWILLER, énumérés ci-dessus et évalués à 20.000 francs, ont été portés sur l’état présenté par nos soins le 25 novembre 1930 à la Préfecture relatif aux dégâts causés par calamités publiques. (...) Les dégâts signalés pour la commune de WALDWISSE concernent des dégâts causés par des pluies exceptionnelles à des propriétés privées, et dans ce cas il appartient aux propriétaires intéressés de les indiquer à la mairie, si ce n’est pas encore fait, afin que la Commission spéciale nommée à cet effet les porte sur l’état établi par chaque mairie au sujet des dégâts causés par calamités publiques. (...) ».
Source 3:Archives départementales du Bas-Rhin (ADBR), 529 D 12.
 Lettre du Préfet de la Moselle au Ministre de l’Agriculture (Direction Générale des Eaux et Forêts) à Strasbourg, 14 février 1931, Metz : « Comme suite à votre dépêche du 22 novembre 1930, j’ai l’honneur de vous transmettre ci-joint, un rapport de M. l’Ingénieur en chef du génie rural, chargé du service hydraulique à Metz, au sujet des dégâts causés par les inondations des 4 et 5 octobre dernier sur le territoire des communes de MERSCHWILLER et WALDWISSE. (...) ».

0